Dans le désert africain
Ils sont tous au rendez-vous
A bord de leur gros engin
Ils s'amusent comme des fous.

Ils ne font pas attention
Aux jeunes enfants qui traversent
Alors, comme par tradition
Chaque année, ils en renversent.

Ils se croient les rois du monde
A bord de leur gros bolide
Je trouve ça vraiment immonde
C'est un spectacle morbide.

Je n'appelle pas ça du sport
Car ils ne forcent même pas
Ils ne font aucun effort
Que je hais tous ces gens-là !

Ils n'ont qu'à le faire à pied
On verra ce que ça donne
Par plus de quarante degrés
Il n'y aura plus personne.

Le Paris-Dakar
Yvan LISA