Tu n'oublieras jamais
Ce 21 juillet
Alors que tu dormais
Et qu'un type est entré.

Sur toi, il s'est jeté
Arrachant tes vêtements
Tu t'es mise à crier
Ton corps était tremblant.

Il t'a crié : "Tais-toi"
Puis s'est déshabillé
Couché tout contre toi
Et il t'a caressée.

Tu n'osais plus bouger
Car il te faisait peur
Tu t'es mise à pleurer
Quand il t'a dit : "Mon cœur".

Pesant de tout son poids
Sur toi, il s'est couché
Il est entré en toi
Toi, tu n'as pas bronché.

De même quand il a joui
Tu n'as pas plus bougé
La mine réjouie
Il t'a bien regardée.

Et quand il est parti
Tu étais bouleversée
Allongée sur le lit
Tu étais pétrifiée.

Le viol
Yvan LISA