J'ai les yeux grands ouverts
Mais mon ciel est tout gris
Ruiné par la misère
D'un corps endolori.

Comment me projeter
Dans un avenir lointain
Je ne fais que pleurer
Rongé par le chagrin.

Je n'ai plus goût à rien
Plus rien ne me passionne
Et sans aucun soutien
Un chien qu'on abandonne.

Une vie sans couleurs
Je vis en noir et blanc
Et que dire du bonheur
Qui a foutu le camp ?

Une vie morne et plate
Dans laquelle je m'ennuie
Et tel un automate
Ma vie, je la subis.

Combien de temps encore
Vais-je pouvoir y survivre
En attendant la mort
Et qu'elle seule me délivre ?

Soleil noir
Yvan LISA